Protection acoustique

Protection acoustique

Qu’est-ce que le bruit?

Notre environnement devient toujours plus bruyant. Le trafic, qu’il soit public ou privé, ne cesse de croître. Plus personne n’est à l’abri, car des endroits réputés tranquilles peuvent, du jour au lendemain, être soumis à d’importantes nuisances sonores. Mais, qu’est-ce que le bruit? Le bruit est défini comme tout type de son ressenti comme perturbant, continu ou douloureux. Les bruits environnants se composent de nombreux sons de différentes fréquences et intensités. Lors de la détermination de l’intensité d’un bruit, on prend en compte la perception spécifique par l’oreille humaine. D’un point de vue subjectif, les sons clairs sont perçus plus forts que les sons graves. Le son le plus bruyant qu’une personne peut écouter sans douleur a une intensité sonore dix billions de fois supérieure à celle du son le plus silencieux. L’ouïe prend en compte la perception: elle perçoit un décuplement de l’intensité sonore équivalent à environ deux fois le volume sonore. Utiliser des chiffres aussi élevés n’est pas très pratique. C’est pour cette raison qu’on utilise une échelle logarithmique. L’unité est le décibel (dB), dérivé du bel (B) (1bel = 10décibels), une unité logarithmique non dimensionnelle correspondant au logarithme facteur 10.

Sources de bruit et perception

L’illustration suivante comprend quelques sources de bruit typiques avec l’intensité sonore correspondante (en décibels) et la perception subjective.

Fonction et conception des vitrages isolants de protection contre le bruit

L’isolation acoustique des vitrages isolants peut être améliorée en prenant différentes mesures.

  • Augmentation de la masse de verre
    Avec une structure symétrique, l’amélioration de l’isolation acoustique uniquement par la mise en oeuvre de vitres plus épaisses n’est pas très importante.
  • Structure asymétrique
    Les vitrages isolants de structure asymétrique se distinguent par une réduction sensible de l’influence de la fréquence naturelle. Le fait que les effondrements coïncidents se situent à des fréquences différentes permet d’améliorer sensiblement l’isolation acoustique.
  • Eléments en verre feuilleté de sécurité
    La présence d’éléments intercalaires en un ou plusieurs films améliore le comportement à la flexion de l’enveloppe, ce qui se traduit par des effondrements coïncidents moins marqués.
  • Remplissage de l’espace intercalaire avec du gaz
    Suivant la conception, le remplissage de l’espace intercalaire avec du gaz d’isolation thermique krypton et des mélanges gazeux argon/krypton se traduit par une amélioration de l’isolation acoustique. Glas Trösch a renoncé à utiliser du SF6 (OFEFP).

ABC de l'isolation acoustique

  • Indice d’affaiblissement acoustique pondéré Rw
    Indice permettant de mesurer l’affaiblissement des bruits aériens. La courbe d’isolation acoustique mesurée est évaluée par rapport à une courbe de référence définie très précisément. La valeur de la courbe de référence reportée à une fréquence de 500 Hz (hertz) est l’indice d’affaiblissement acoustique pondéré d’un élément de construction.

  • Indice d’affaiblissement acoustique pondéré apparent R’w
    R’w signifie que les mesures sont effectuées en prenant en compte la propagation du son par voie indirecte (mesures en laboratoire ou sur site).

  • Décibel (dB)
    Unité logarithmique non dimensionnelle permettant de mesurer le niveau sonore ; nommée ainsi en référence à Graham Bell. Un décibel équivaut à 1/10e de Bel.

  • Fréquence (f)
    Nombre de vibrations par seconde. La hauteur tonale croît à mesure qu’augmente le nombre de vibrations. Dans la physique du bâtiment, la gamme de fréquences à 6 octaves et les fréquences moyennes de 125 à 4000 hertz jouent un rôle particulièrement important.

  • Hertz (Hz)
    Unité de mesure de la fréquence. 1 hertz = une vibration par seconde.

  • Gamme audible
    Gamme de fréquence que l’oreille humaine peut percevoir : de 16 à environ 16 000 hertz.

  • Coïncidence de fréquences
    Une caractéristique des éléments de séparation monocoques consiste en une diminution rapide de l’affaiblissement acoustique à des fréquences précises. Ce phénomène s’appelle la coïncidence de fréquences. Sa localisation (fréquence) s’obtient à l’aide de la masse par unité de surface (kg/m2) et de la résistance à la flexion.

  • Propagation par voie indirecte
    Transmission du son par les parois et les plafonds adjacents.

  • Octave
    2 fréquences f1 et f2 selon un rapport 1:2.

  • Analyse par filtres d’octaves
    Filtrage d’un bruit en gammes de fréquences de la largeur d’une octave.

  • Résonance
    Survient dès que la fréquence propre d’un système vibratoire coïncide avec la fréquence de l’onde sonore génératrice.

  • Son
    Vibrations et ondes mécaniques d’un milieu élastique, notamment dans la gamme de fréquences audibles pour l’homme : de 16 à 20 000 hertz.

  • Indice d’affaiblissement acoustique R
    Indice permettant de mesurer l’affaiblissement acoustique des bruits aériens d’un élément de construction sans prise en compte de la propagation du son par voie indirecte.

  • Indice d’affaiblissement acoustique R’
    Indice permettant de mesurer l’affaiblissement acoustique des bruits aériens d’un élément de construction avec prise en compte de la propagation du son par voie indirecte.

  • Différence de niveau sonore (D)
    Différence entre le niveau sonore L1 dans le local d’émission et le niveau sonore L2 dans le local de réception. D = L1-L2 en dB.

  • Isolation acoustique
    Diminution de la propagation d’une source sonore vers une personne.

  • Indices de correction de spectre C et C2tr (Indices de correction du bruit)
    Indices de correction prenant en compte des fréquences particulières. L’indice de correction C est utilisé pour des bruits affichant un large spectre de fréquences (bruits de chemins de fer ou industriels). C2 (« tr » = trafic) est l’indice de correction pour les bruits émis par les rues et les avions.

  • Tierce
    Deux fréquences f1 et f2 selon un rapport 1:3√2. Une tierce correspond à 1/3 d’octave.

  • Analyse par filtres de tierces
    Filtrage du bruit en gammes de fréquences de la largeur d’un tiers d’octave.